Flash FN 56
Accueil / Vannes Mag / Vannes Mag, mi-septembre/octobre 2015 par Bertrand Iragne

Vannes Mag, mi-septembre/octobre 2015 par Bertrand Iragne

Espérance

J’espère que la trêve estivale aura permis à la majorité municipale de retrouver le sens des responsabilités. Responsabilités perdues, pour le plus grand bonheur des associations communautaristes, des dealers et des voyous qui jouent aux caïds alors qu’ils ne sont rien d’autre que des petites frappes en manque d’une bonne correction. M. Robo, par sa politique showbiz, préfère, à la sécurité et la tranquillité des administrés, les bains de foules et les paillettes du Tour de France alors que, dans un même temps, la nouvelle aire de jeux de Ménimur brule ! Heureusement que face à un tel laxisme politique, nos policiers ne lâchent rien et veillent sans relâche.

Chère traductrice

La municipalité de Vannes emploie une « traductrice turque », recrutée à mi-temps, qui assure, au sein du Programme de Réussite Educative (P.R.E.), une action de mise en contact et de facilitation du lien auprès des familles turcophones ne maîtrisant pas pleinement la langue française. Cet emploi, communautariste, était subventionné en 2014 à hauteur de 13 700 €. Par miracle, en 2015, la ville de Vannes investie pour ce même poste 61 363 €, le Programme de Réussite Educative 33 165 € et l’état 8 700 €. Soit un total de 103 297 € pour un emploi concernant exclusivement la communauté turque de la ville. Si je regrette d’avoir été le seul élu a voté contre ce point, je regrette bien plus encore que M. Robo soutienne moins la langue et la culture Bretonne que les langues turciques, sauf bien sûr, lorsqu’il s’agit pour lui de se montrer aux côtés du Bagad de Vannes… Pour ma part, dans l’intérêt des contribuables vannetais, je continuerai à combattre tout type de communautarisme et de clientélisme.

 

Bertrand Iragne

Secrétaire Départemental FN56

Conseiller Municipal Vannes

A lire aussi

Vannes Mag, juin/mi-septembre 2015 par Bertrand Iragne

Et ça continue encore et encore !!!   Alors que l’affaire est toujours en cours ...